Skip to main content

Garderies: un Québec modèle qui suit le mauvais exemple du Canada

Printer-friendly version
Le Québec est constamment donné pour modèle au reste du Canada en matière de services de garde. Le problème est que le Québec semble aussi s’être mis en tête de s’inspirer du reste du pays.
Author: 
Desrosiers, Eric
Publication Date: 
8 Feb 2019
Availability

EXCERPTS

Le phénomène a été souligné tellement de fois par le passé qu’on s’en lasserait presque. Dans une étude recensant le coût des services de garde dans 28 villes au Canada, le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA), un groupe de recherche de gauche basé à Ottawa, a mis de nouveau en lumière, jeudi, le fossé qui sépare le Québec du reste du pays en la matière.

Alors que les frais de garde médians d’un poupon s’élèvent à 175 $ par mois à Montréal, ils sont presque dix fois plus élevés à Toronto (1685 $), à Vancouver (1400 $) et à Calgary (1100 $). Charlottetown (738 $) et Winnipeg (651 $) font mieux parce que les gouvernements provinciaux y fixent, comme au Québec, le prix de certaines places et comblent la différence auprès des garderies, mais on est quand même à des lieues les uns des autres.

L’écart est à peine moins marqué pour les bambins (de 18 mois à 3 ans) et les enfants d’âge préscolaire (3 ans), à raison toujours de 175 $ à 190 $ par mois au Québec (les tarifs variant selon le revenu des ménages) contre environ 1000 $ en Ontario, en Colombie-Britannique et en Alberta. Pas étonnant que l’un des auteurs de l’étude dise à la CBC que « cette dépense est souvent la deuxième en importance pour les jeunes parents après leur loyer ou leur hypothèque ».

Les services de garde ne sont pas seulement moins chers au Québec, ils sont aussi accessibles à un plus grand nombre d’enfants, rappelait une autre étude du CCPA cet été. On y estimait qu’en moyenne 44 % des petits Canadiens d’âge préscolaire se trouvent actuellement dans « des déserts de service de garde », c’est-à-dire des endroits où ils sont plus de trois par place de garderie réglementée — quel qu’en soit le prix —, à raison notamment de 9 % à Québec et 4 % à Montréal, contre 40 % à Toronto, 54 % à Calgary et 66 % à Vancouver.

Cet océan qui sépare le Québec du reste du Canada tient bien sûr essentiellement à la mise en place, en 1997, de son réseau public de garderies subventionnées. D’abord à 5 $ par jour, puis à 7 $, puis de 8 $ à 20 $ selon le revenu des parents, puis éventuellement de retour à un taux fixe d’environ 8 $ par jour, à en croire le gouvernement Legault, le fameux programme s’accompagne d’autres mesures tournées vers la petite enfance, comme des congés maternels et parentaux plus longs.

L’exemple du Québec

De telles politiques apportent de nombreux bienfaits, disent les experts. Des services de garde abordables et de qualité seraient, notamment, l’un des meilleurs moyens d’aider le succès scolaire et de réduire le décrochage, particulièrement dans les populations les plus défavorisées. Ils constituent aussi, pour les parents, une grande avancée en matière de qualité de vie et de conciliation travail-famille.

On leur trouve également de nombreux avantages économiques. Des jeunes qui réussissent mieux à l’école constituent une belle avancée, particulièrement dans une économie où la main-d’oeuvre se fait rare. D’offrir la chance à leurs parents (mères) de regagner plus vite le marché du travail est aussi un grand avantage humain et économique pour tout le monde. Une étude de l’Institut de la statistique du Québec rapportait encore, le mois dernier, que la proportion des mères d’enfants d’âge mineur qui occupent un emploi frôle 80 % au Québec contre une moyenne de seulement 62 % aux États-Unis.

Il n’est pas étonnant dans ce contexte que tellement d’économistes soient tellement entichés du modèle québécois en matière de service de garde. Cet été encore, l’Organisation de coopération et de développement économiques le donnait en exemple à suivre dans le reste du Canada. Dans son état annuel des lieux, l’OCDE rappelait que de tels services « sont nécessaires pour assurer le maintien et le renforcement du taux d’activités des femmes ». Or, poursuivait-on, « les problèmes liés à une offre de services de garde d’enfants abordables et de qualité sont largement reconnus au Canada, la province de Québec étant la seule à être dotée d’un programme universel de garderies ».

Le message fait lentement son chemin. Le gouvernement de Justin Trudeau a lancé un programme de financement de places en garderie, mais son ampleur reste encore relativement modeste. Fort d’un budget de 7,5 milliards sur 10 ans, le projet devrait permettre la création ou le maintien de 40 000 places subventionnées les trois premières années.

L’exemple du Canada

Le Québec ne reste pas immobile pendant ce temps, mais il ne va peut-être pas dans la bonne direction non plus.

Ce que les chiffres sur le coût médian des places en garderie ne permettent pas de voir, c’est l’écart entre la réalité du réseau subventionné et celle des garderies à but lucratif non subventionnées, explique dans son rapport le CCPA. Or ces dernières ont compté pour « les trois quarts de toutes les nouvelles places créées depuis 2011 au Québec », à tel point que les prix qu’on y pratique s’appliquent désormais à près du tiers des places à Montréal, Québec, Laval ou encore Longueuil.

Cinq fois plus élevés que les tarifs fixés par le gouvernement pour le réseau public, ces prix s’apparentent à ce qu’on retrouve « dans les villes de taille moyenne de l’Ontario », observe le CCPA. Leur coût médian par mois peut ainsi s’élever à 868 $ (Montréal), 933 $ (Longueuil), voire 1042 $ (Québec) pour un poupon. Ces dépenses pour des places en garderie du secteur commercial sont bien sûr admissibles à de généreux crédits d’impôt qui peuvent, selon le revenu familial, s’élever jusqu’à un maximum de 6750 $ par année. Mais ces crédits sont loin d’être suffisants pour combler l’écart, la facture finale restant deux ou trois fois plus élevée que les places subventionnées.

Tout cela laisse entière la question de l’évolution de l’autre facteur déterminant dans les services de garde, selon les experts : leur qualité.

article
Entered Date: 
8 Feb 2019
Tags
Premium Drupal Themes by Adaptivethemes